Du buzz en barre

Le Point sur la ligne #13, Tribulations lexico-verticales

1-buzzTypiquement, j’ai envie de dire qu’au jour d’aujourd’hui les grimpeurs sont juste énormes. C’est trop pas des bolosses ! Ils font péter les perfs, tu vois. Enfin, je dis ça, je dis rien. En même temps, c’est clair qu’ils sont juste en mode machine. Déter. Pour eux, l’escalade, c’est de la balle. Pas comme la zumba, les pilates ou le vapotage. Lol. Hashtags : #baaaaaam #défouraillagesauvage

À lire cette prose, on pourrait croire que j’ai avalé le lexique des expressions exaspérantes à la mode, après m’être repue des nouvelles entrées du Robert 2015. Eh bien oui ! J’avoue… Je suis friande de dictionnaires, fascinée par les nouveaux mots autant que par ces expressions improbables qui finissent par devenir des tics de langage vidés de tout sens. Alors, à la lecture de “MOOC”, “végane”, “prequel”, “cyborg”, “stiletto”, quelque part, j’étais en joie.

Pour un peu, je me serais fait un “selfie”, toute en “zénitude”. Mais pas que ! J’aurais peut-être aussi lancé un petit “scud” ou une “cyberattaque” de “troll” à la mémoire du Nain Pact… Que du bonheur ! Oui, mais voilà, chemin faisant, je suis tombée sur “procrastiner” et cette tendance à tout remettre au lendemain m’a soudain rappelé l’existence de cette chronique, Le Point sur la ligne !

2-buzzÉvidemment, comme on dit dans le crispant jargon des entreprises, j’aurais pu “revenir vers vous ASAP”… Ou pas d’ailleurs ! Mais Melissa Le Nevé qui décroche la première réalisation féminine de Wallstreet et Alex Megos qui plie Action directe en deux heures, c’est du lourd ! Ça méritait qu’on s’y attarde. Point barre. Inutile de botter en touche, ça impacte grave, les répétitions express des 1er 8c et 9a de l’histoire. Carrément.

Mélissa et Alex, chacun à leur manière, ils zlatannent la grimposphère. Dans des voies et des styles qui sont loin d’être mainstream et qui nécessitent un entraînement spécifique en bi et en mono doigt (à moins de vouloir twitter #rupturedepoulie). Libérées respectivement en 1987 et 1991 par feu Wolfgang Güllich, ces voies du Frankenjura restent des références, de vrais tests de force. Et si l’idée c’était de “faire le buzz”, on ne peut que “valider le process” !

À propos de “faire le buzz”, dans la vraie vie, mes “darons” auraient plutôt dit “faire sensation”, ou mieux : “faire un tabac”. À noter que le tabac dont il est question ici n’a pas grand chose à voir avec la nicotine et le fameux vapotage qui fait son entrée cette année au Robert. Il vient de l’Occitan tabassa, qui signifie “cogner”, “frapper à grands coups” (et par extension “faire du bruit”), racine que l’on retrouve dans notre français tabasser.

3-buzzLe buzz est moins brutal puisque cet emprunt à l’anglais signifie “bourdonnement d’abeilles”. Pour autant, l’ampleur du phénomène n’en est pas moins grand. Ainsi, Alex Megos ne s’est pas contenté du pollen d’Action directe, il a continué à butiner le reste du “Franken” malgré une chaleur peu propice à la performance : Matador (9a) en deux heures, The Essential (9a) en trois heures et demies, The Man that follows hell (9a+) en 5 essais et le même jour Kuwaschuwu (8c+, réévalué à 9a)…

Ce efficace vol du bourdon éclipserait presque Il domani, le 9a à vue que vient de s’offrir Adam Ondra à la grotte de Baltzola, au Pays Basque espagnol, après avoir successivement “passé à tabac” Psychoterapia (9a), Ini Ameriketan (9a+) et Ira (9a), sous l’œil ravi de son tout nouvel entraîneur Paxti Usobiaga. Pour une fois, il semblerait que le “cyborg” Ondra ait été détrôné au “buzzomètre” par le “superhéros” Mégos, et pourtant le tchèque, il crie fort !

Quant à Melissa Le Nevé, ce n’est pas en stilettos qu’elle a arpenté Wallstreet, les talons aiguilles étant peu adaptés au terrain, même si la voie ne fait que 15 mètres ! Du latin stilus signifiant “pieu”, “objet pointu”, ces chaussures élégantes auraient été bien inefficaces pour parcourir les 10 derniers mouvements constituants le crux de la voie cotant 8A bloc et même pour monter au premier point, situé à près de 7 mètres de haut !

4-buzzEn guise d’épilogue, je vous relaterais bien cette bribe de conversation échangée avec une amie qui bosse dans la comm’ et à qui j’ai fait lire cet article : “Si l’idée c’était de mettre en œuvre un process ludique afin d’impacter l’internaute, j’ai envie de te dire “Done”. Next step, le petit mailing qui va bien ! Par contre, je me demandais si ces références étymologiques, c’était pas juste confusant… Enfin, je dis ça, je dis rien !”. Ce à quoi j’ai répondu : “Ok, merci pour ton feed-back ! BTW, LMK, on se fait un point à date pour le suivant ?”.

À votre avis, j’ai bon ?

Photos Scott Noy / Adidas et Björn Pohl

Publicités

Une réflexion au sujet de « Du buzz en barre »

  1. Sur la procrastination, dont je suis un fervent adepte (bien qu’involontaire) un livre très drôle: John Perry, La procrastination, l’art de reporter au lendemain, Autrement, 2013.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s