Sors de ce corps, Grincheux !

Le Point sur la ligne #11, Tribulations lexico-verticales

1-nain-non-conformiste-bleu-2004-gnomeC’est l’histoire d’un mec, un chauffeur routier. Il roule sur une nationale avec son bahut. Soudain, au beau milieu de la chaussée, il aperçoit un nain rouge, qui agite frénétiquement les bras. Un peu interloqué, il stoppe et baisse la vitre. “J’ai faim ! J’ai faim !”, hurle le nain. Il lui balance son sandwich et redémarre. Mais à peine 2 km plus loin, il tombe sur un nain vert, pieds campés de part et d’autre de la ligne blanche.

“J’ai soif ! J’ai soif !”, braille le nain. Il lui jette sa bouteille d’eau, enclenche une vitesse et reprend sa route. “Bon, c’est pas tout ça, c’est que j’ai une livraison à faire, moi !”… Il en est là de ses réflexions, quand au détour d’un virage, il aperçoit un nain bleu. Il freine en catastrophe et crie excédé : “Alors, et toi l’avorton, t’as faim ou t’as soif ? Vous en avez pas marre, les nabots, d’emmerder les travailleurs ?”. “Papiers du véhicule, SVP !”.

2-gendarmeAvec ou sans képis, et quelle que soit leur couleur, les nains ne manquent pas. Ils peuplent l’imaginaire collectif et nourrissent les arts ou la littérature, particulièrement dans la culture germanique. Du latin nanus, lui même emprunté au grec νανός nânos signifiant “excessivement petit”, ces créatures lilliputiennes ont creusé partout leur sillon, de Blanche-Neige à la Tétralogie de Wagner, du cycle arthurien au Seigneur des anneaux. Sans oublier les homoncules chers aux alchimistes ou même les Schtroumpfs par un curieux syncrétisme littéraire !

À propos de ces petits lutins bleus créés en 1958 par Peyo pour Le Journal de Spirou, quelle ne fut pas ma surprise, la semaine passée, de voir une drôle de Schtroumpfette promener son joli minois dans l’actualité de la grimpe. Pourtant les faits sont là ! Qui a gloutonné toute la salsepareille dans la forêt d’Albarracin ? La blonde et british bloqueuse Shauna Coxsey ! Elle n’a fait qu’une bouchée de Zarzaparrilla (salsepareille, de l’espagnol zarza “ronce” et de parrilla, diminutif de parra “treille”), 8B tout de même. Attention à l’indigestion !

3-shauna-albaracinOn savait les Schtroumpfs friands de cette plante épineuse à tige sarmenteuse qui colonise le maquis et pourrit les marches d’approche… On savait moins qu’ils affectionnaient le grès rouge espagnol et les toits nichés dans la pinède ! En tout cas, on espère que Shauna n’était pas parée par le Schtroumpf farceur, toujours prêt à retirer le crashpad au moment clef ou à lui effleurer les fesses pour la déconcentrer, prétextant l’absolue nécessité d’enrayer un hypothétique ballant.

On espère surtout qu’elle n’était pas accompagnée par le Schtroumpf à lunettes, distillant de sentencieux conseils et des méthodes en carton entre chaque essai : “Oui alors moi, tu vois, je prendrais plutôt la schtroumpf main droite et je schtroumpferais la pointe derrière l’arête. Ça doit mieux schtroumpfer et puis pas la peine de trop récupérer entre les schtroumpfs, moi je dis faut schtroumpfer le fer pendant qu’il est encore schtroumpf !”. Oh please, shut up now…

4-schtroumpf-c3a0-lunettesLe nain bleu est retors, c’est bien connu, pas autant que le nain jaune qui vous nargue avec son 7 de carreau à la main, mais tout de même. C’est aussi le constat qu’ont dû faire les Niçois qui ont attendu près de 6 ans avant de voir libérer leur gnome azuréen, sur le beau spot d’Aiglun ! Le Nain bleu est une grande voie ouverte en 2008 par P. Reybaud, L. Coudert et C. Pallanka (160m, 8b+ max, 6 schtroumpfs longueurs), un vrai “magasin de jouets” pourvu de belles colonnettes et concrétions calcaires bien ludiques.

Et ce ne sont pas des bleus qui l’ont enchaîné la semaine dernière, ni des blancs-becs, mais bien Kévin Aglae et Enzo Oddo ! Pas franchement des nains de la grimpe… Que ce soit au sens propre ou au figuré d’ailleurs ! La gnome attitude a ses limites en escalade de toutes façons, même s’il existe quelques beaux contre-exemples de “courtes-bottes”, avaleurs de pois gris et pourfendeurs de voies dures, qui ont définitivement rayé le terme “morpho” (du grec μορφή morphé, “forme”) de leur vocabulaire.

5-enzo-kevin-nain_bleu_1Le grimpeur espagnol Ramon Julian Puiblanque, dit “Ramonet” en raison de sa petite taille (1m59), en est le parfait exemple. Si le nain a une parfaite connaissance des gemmes et des métaux qu’il extrait des profondeurs de la terre, le catalan a, lui, une parfaite connaissance du rocher et des joyaux que recèle le monde vertical. Début avril, chauffé à blanc, il s’est offert son 37e 9a à la Cova de L’Ocell (la grotte de l’oiseau).

Et il n’a pas eu à se métamorphoser, propriétés qu’on prête habituellement aux lutins (de l’ancien français luitun, esprit diabolique), farfadets (du provençal fado, fée) et autres korrigans (du breton korr, nain). Il a su tirer partie de sa morphologie, développant tout de même des qualités de force bien au-dessus de la moyenne des grimpeurs pour compenser sa petite taille. Bref, mutation, si ce n’est changement d’apparence.

6-ramonPuisqu’on suit ce minuscule fil rouge qui relie Gimli, Joséphine Ange Gardien et Triboulet, je m’en voudrais de ne pas évoquer le Nain Pact, qui fut un temps testeur de matos dans un magazine d’escalade qui a cessé de paraître. Il a perdu son gagne-pain dans des conditions si baroques qu’il a dû saisir les Prud’Nains dans l’espoir de voir ressortir un jour quelques nains des mines Thé. C’est tout ce que je lui souhaite, après avoir été chocolat…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s