Maquina Muerte

Le Point sur la ligne #10, Tribulations lexico-verticales

1-maquinaDurant la Première Guerre mondiale, les poilus avaient trouvé toutes sortes de locutions pour désigner les projectiles ennemis, selon leur taille, leur forme et le bruit qu’ils produisaient : seaux à charbon, tortues, métros, marmites, mirabelles, bébés, enclumes, pigeons, bouillons-cube… La fonction de cet argot des tranchées était probablement d’atténuer la dimension destructrice de cette “foire à la ferraille” et la peur qu’elle générait.

Parmi toutes ces “machines à tuer”, toutes ces “machines de guerre qui [semaient] la ruine et la mort” (George Duhamel), une place à part était faite aux mitrailleuses, ces fameuses Hotchkiss capables de tirer 450 coups minutes, celles qui donnaient le baiser de la mort aux PCDF – les “pauvres cons du front” comme ils se qualifiaient eux-mêmes avec beaucoup de dérision, par opposition aux “embusqués” et autres planqués de l’arrière…

Seuls le “paquebot” (l’ambulance) ou la “valise diplomatique” (boîte de chirurgien) semblaient pouvoir différer le départ pour l’au-delà. Car si ce n’était pas le “moulin à café” qui émettait son bruit sec et répétitif, c’était la “machine à découdre” qui décimait des escouades entières. Et les machines à “broder des pans de capotes”, “à percer” ou “à secouer le paletot” n’étaient pas en reste…

2-maquinaLa Maquina Muerte qu’a mis en branle le grimpeur américain Joe Kinder est une tout autre machine de guerre, fort heureusement. Moins meurtrière, moins sanglante, elle invite pourtant elle aussi à défourailler comme un mort de faim. Ouverte il y a deux ans de retour d’un voyage en Espagne, elle parcourt une immense grotte de l’Utah près de St George, dans un secteur que les grimpeurs nomment The Cathedrale.

Joe Kinder, qui a libéré Maquina Muerte la semaine passée, ne lui a pas donné de cotation mais il a déclaré que c’était une des voies les difficiles qu’il ait faite et il a déjà coché plusieurs 9a… “Je me sens extatique ! J’y ai mis tant de temps, d’énergie, de peau, de sang, d’émotions… Je l’ai équipé, je l’ai travaillé, j’ai changé mes méthodes à mesure que les prises cassaient, je suis tombé haut, je suis tombé bas, je ne peux pas croire que j’y sois arrivé !”.

3-maquinaQui a déjà voyagé en Espagne pour grimper connaît les encouragements très chaleureux qu’on peut entendre au pied des falaises : “Venga, bicho (ou guapa) ! A muerte ! Maquina !”, qu’on pourrait traduire par “Allez, mec (ou beauté) ! Bats-toi jusqu’à la mort ! T’es une machine !”. C’est sans nul doute ce qui est à l’origine du nom qu’a donné Joe Kinder à sa voie, car il faut avancer comme un automate pour avoir une chance d’enchaîner Maquina Muerte.

Du latin machina, lui même issu du grec μηχανή mêkhanê (signifiant “invention ingénieuse”, “engin”, mais aussi selon le contexte “ruse”, “moyen”, “intrigue” – sens que l’on retrouve dans notre français “machination”), la machine est un système plus ou moins complexe, agencé de manière à produire un résultat déterminé. De la poulie à la machine à coudre, du moteur à l’ordinateur, de la machine à sous à la machine à écrire, les exemples ne manquent pas.

4-machineCe qui est très en vogue dans le milieu de l’escalade ces temps-ci, c’est l’image du grimpeur-machine. Ou plutôt : “Maaachiiine !”. Notez au passage l’analogie avec l’animal-machine de Descartes et sa conscience très limitée (je parle du bestiau bien sûr, pas de René, je ne me permettrais pas) ! Dénué de toute pensée ou émotion, telle une mécanique bien huilée, le grimpeur-machine “treuille” jusqu’à la chaîne, sans temps mort, implacable.

À pleine puissance, il n’y va pas de main morte, il actionne ses “vérins” sans jamais couler une bielle. Qui n’a jamais eu envie de s’identifier à cet humanoïde inoxydable, au rendement incroyable, programmé pour réussir toutes les voies, sans jamais connaître la peur, le doute ou la fatigue ? À condition bien sûr que ses rouages ne se grippent pas, que ses bras articulés ne se détraquent pas subitement, bref que la machine ne devienne pas infernale !

Les robots (mot issu du tchèque robota, “corvée” et dont on retrouve la racine dans le mot russe rab, “esclave”, ou dans le polonais robotnik, “travailleur”) sont des créatures artificielles inventées par l’homme pour pallier ses déficiences ou le remplacer dans des tâches pénibles. Mais parfois elles lui échappent ! Voir tous les avatars qui ont nourri l’imaginaire collectif, depuis le mythe de Pygmalion jusqu’au Golem, en passant par Frankenstein…

6-maquinaPour en revenir à Joe Kinder, lorsqu’il a réussi Maquina Muerte, il semblerait qu’il tenait plus du mort-vivant que du cyborg ou de l’androïde ! Dans la section très résistante, il s’est mis à hyper ventiler comme une machine à vapeur. Il cherchait mécaniquement ses pieds pour enclencher de grands mouvements physiques sur des inversées. Et en haut de la voie, il a sauté trois dégaines car il ne sentait plus ses mains et ne pouvait s’arrêter nulle part pour clipper.

Impossible de faire machine arrière ! Oups… Je me plais à imaginer le saut de l’ange qu’il a dû faire depuis le relais de Maquina Muerte, plein de lactates, les bras en croix comme l’homme vitruvien de Leonard de Vinci. Et après cette guerre d’usure, les avant-bras explosés, a-t-il hurlé à la mort, catapulté comme un bandit manchot dans la stratosphère : “Maaachiiine !” ?

7-maquinaPhoto Ben Herndon et coll. Joe Kinder

Publicités

5 réflexions au sujet de « Maquina Muerte »

  1. ah pas mal du tout celui là
    en meme temps pour un  »ingénieur » parler de machine ça parle tout de suite

    mais tu as raison de souligner et c’est un pb pour les grimpeurs (pour les sportifs en général) de ne pas couler une bielle

    donc une possibilité c est de huiler la machine (avec une petite mousse ç amarche aussi) et de temps en temps un petit tour chez l’ostéo et ça repart (comme moi cet am) !

    biz

    a+

  2. Ping : Du buzz en barre | Le grand 8

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s