Au nom du père

Le Point sur la ligne #7, Tribulations lexico-verticales

le-supplice-de-TantaleDans la mythologie grecque, Tantale fut condamné par son père Zeus à rester éternellement tenaillé par la faim et par la soif. Il faut dire qu’il avait trompé les Dieux. Et ça, c’est mal. Il avait eu l’outrecuidance de leur subtiliser l’ambroisie, cette substance divine neuf fois plus sucrée que le miel. Et à l’occasion d’un banquet, il leur avait servi la chair de son propre fils, Pélops, en ragoût…

Les Dieux de l’Olympe ne plaisantent pas avec les agapes. Il fut donc décidé que Tantale serait suspendu à un arbre, au milieu d’un cours d’eau. Quand il se pencherait pour boire, l’eau du fleuve s’assécherait et quand il voudrait cueillir les fruits de l’arbre, le vent éloignerait de lui les branches. Quant à Pélops, ressuscité, il serait pourvu d’une épaule en ivoire pour remplacer celle que Déméter avait croqué par mégarde.

Lonnie Kauk n’a pas servi de casse-croûte à Déméter. Son père, Ron, n’aura pas à subir le supplice de Tantale. Pourtant Dieu sait si le jeunot s’est gavé d’ambroisie récemment. Pas plus tard que le week-end dernier, dans la même séance, Lonnie a fait quatre fois de suite le célèbre et terrorisant méga highball de Buttermilks, Ambrosia, un V11/8A qui n’est pas de la tarte. Voilà qui confine à la boulimie…

AMBROSIADu grec ἀμϐρόσιος, ambrósios, signifiant “immortel, divin, qui n’appartient qu’aux Dieux”, cette Ambrosia n’a pas été dénichée par Ron Kauk – pionnier de l’escalade libre au Yosemite, pourfendeur d’Astroman et du célèbre Separate reality – mais par Tommy Herbert, un grimpeur de Bishop, dans les années 90. Herbert a donné ce nom en référence à la nourriture qu’il pensait devoir ingérer pour enchaîner cette ligne, qu’il a d’ailleurs failli spitter tant elle envoyait du pâté.

Heureusement, il a résisté à la tentation et lui a laissé tout son sel, retirant même les points dans sa voisine, Transporter room. Il faut croire que la moutarde lui était montée au nez. Le projet Ambrosia était à l’abandon quand Kevin Jorgeson nourrit à nouveau des espoirs à son sujet et le libéra en 2009, après l’avoir travaillé sur une corde. Ce nectar n’allait pas tarder à attirer d’autres prétendants, tous armés d’épaules en béton, doigts en acier, sans parler des autres attributs…

Ils avaient les dents longues. L’un après l’autre, Alex Honnold, Isaac Caldiero, Enzo Oddo et Sonnie Trotter dévorèrent ce monstre de plus de 15 mètres de haut, qui raye la face déversante de “Grandpa Peabody boulder”. Ce “Grandpère Peabody ” bien connu pour ces passages extrêmes, comme Evilution ou Lucid Dreaming, est un bloc mythique de Buttermilks. Tout comme “Grandma Peabody”, il inspire le respect et fait figure de géant parmi les géants (mais non, je n’ai pas dit : “Géant vert !”).

GRANDPA-GRANDMA-PEABODY“Grandpa et Grandma Peabody” semblent avoir été formés l’un à côté de l’autre, avec deux faces très lisses et adjacentes. Ces deux blocs donnent l’apparence d’un petit pois qui se serait divisé en deux. Vous voyez, rien à voir avec le maïs. Au début, les grimpeurs les appelaient les “pois cassés”. Mais après qu’un personnage de dessin animé se fut appelé “M. Peabody”, on eut l’idée d’appeler le plus grand “grand-père” et le plus petit “grand-mère” et cela s’est avéré très populaire !

Que les jeunes aient envie de détrôner les anciens, voire de leur claquer le beignet, cela ne fait pas de mystère. Il faut tuer le père. Mais de là à manger aussi le grand-père et la grand-mère, il y a de l’abus ! Ce serait mettre les bouchées doubles. Blague à part, Lonnie Kauk construit sa propre trajectoire en se démarquant des générations qui l’ont précédé mais aussi en s’en nourrissant. Et quoi de mieux que Buttermilks pour le faire, là où l’on trouve la crème du bloc !

Ainsi, même s’il est devenu snowboarder professionnel plutôt que grimpeur, Lonnie est allé répéter plusieurs perfs’ marquantes de son père, en quatre coups de cuiller à pot. Je pense au fameux Midnight lightning que Ron avait libéré à Camp4, ou encore à un 8b très technique qu’il avait ouvert dans les années 90 et qui a été très peu refait depuis – si ce n’est par Alex Honnold – Crossroads

lonnie-midnight-crossroadsCe “croisement” si providentiel semble nous rappeler, en définitive, que l’hybridation a du bon, et pas que pour les tangerines. Par sa mère, Lonnie est un descendant direct du Chef indien Tenaya, le dernier leader de la tribu Ahwahneechee au Yosemite, un vrai natif des lieux. Et par son père, Lonnie reste un nomade, toujours affamé de nouvelles lignes, de nouveaux challenges… À la croisée des chemins, Lonnie enchaîne les 360 en père peinard et les solos à la barbe de papa.

Pour l’instant, pas de supplice de Tantale en vue, pas d’espoir déçu. Sans doute parce que c’est un dur à cuire. Sans doute aussi parce qu’il a su conserver un équilibre entre ses différentes passions, le snowboard et la grimpe. Une belle manière de couper la poire en deux et de ne pas mettre tous les œufs dans le même panier ! On lui souhaite de continuer sur la même ligne, de ne pas entrer dans le moule et surtout de garder “Bon appétit !”…

Lonnie-surf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s