Calme ta Gioia !

Le Point sur la ligne #6, Tribulations lexico-verticales

nalle2Je ne sais pas vous, mais moi, il y a certaines tournures un tantinet désuètes, voire ringardes, que je rechigne à employer… Petit florilège des expressions très en vogue quand j’étais en 4e mais que j’ai définitivement blacklisté aujourd’hui : “Cool Raoul”, “Alors, ça gaze ?”, “C’est quoi le rapport avec la choucroute ?”, “Va voir ta mémé, elle t’a fait un flan”, “Tu m’étonnes, John”, j’en passe et des plus “craignos”…

Malgré tout, je dois bien reconnaître que la tentation de ressortir deux joyaux parmi tout ce fatras un “choui’has been” m’a effleurée cette semaine. Il faut dire que les expressions “Cache ta joie” et “Calme ta joie” sont des must des années 80 et qu’elles ont, de plus, l’avantage d’être bien explicites ! La première, ironique, indique à son interlocuteur qu’il pourrait manifester un poil plus d’enthousiasme. La seconde, au contraire, l’invite à se contenir, tandis qu’il frétille comme un gardon.

jakobUn qui a dû “calmer sa joie” d’un coup ces derniers jours, c’est probablement Jakob Schubert… En voyage à Red Rocks et à Hueco, il s’en donnait à cœur-joie et pliait quantité de chouettes blocs extrêmes (Book of nightmare, 8A, flash ; Lethal design, 8A+, flash ; Meadowlark lemon, 8B ; Crown of Aragorn, 8B, réalisé en dix minutes chrono) quand le bruit de la poulie qui claque a compromis sérieusement la suite de sa saison. Bref, ça n’a pas dû être la joie…

Joie vient du latin gaudere, “se réjouir”. Ce verbe a donné en français “joyeux”, “jouissif”, “réjouissance”, “joyeuseté”… ainsi que le mot “gaudriole” forgé sur le modèle de “cabriole”. En argot, on retrouve la même racine dans le mot “jouasse”, parfois orthographié “joice”. La joie fait gambader comme un cabri, battre des entrechats, ne plus toucher terre si l’on est gai comme un pinson… Mais quand c’est la douche froide, on a plutôt une humeur de chien. Ou d’ours mal léché, c’est selon.

C’est en essayant Nagual, 8B, et alors qu’il était en passe d’en empocher la 3e répétition flash, que Jakob a entendu un bruit sec, qu’il a d’abord identifié comme un bout de rocher qui casse, avant de comprendre que c’était sa poulie qui avait cédé… Pour avoir vécu cette expérience, et dans des niveaux de performance bien inférieurs, je ne peux que compatir et lui souhaiter beaucoup de courage et de patience. Parce que ça file le cafard. Mais revenons-en à nos moutons…

previewingnagualLorsque sa poulie a lâché, Jakob était en haut du bloc, dans la partie facile, celle qui ne casse pas trois pattes à un canard… Il faut croire que sa propension à arquer comme un cochon a eu raison de ses tendons. Du grec polos – qui n’a rien à voir avec le poulet mais signifie “pivot” – la poulie est une structure fibreuse qui maintient le tendon fléchisseur au contact de l’os et lui assure un bon rendement mécanique. Quand la contrainte est trop forte, elle claque et c’est ce qui s’est produit pour Jakob dans Nagual.

Flashé par Paul Robinson et plus récemment par Sean McColl, Nagual est un mur déversant à arquées, très teigneux. Dans le folklore mexicain, le nagual – ou nahual est un être humain qui a la capacité de se transformer en animal (jaguar, rapace, coyote, chien, âne et même dinde !). Autant dire que pour flasher Nagual, le grimpeur doit faire appel à la part bestiale qui est en lui et laisser les gallinacées au vestiaire. Pas question de jouer les poules mouillées sur le crashpad…

JaguarL’étymologie du mot nahual est incertaine mais elle est rattachée à la notion de travestissement et surtout de métamorphose. Bref, c’est un peu la version chicanos du loup-garou, la lycanthropie à la sauce piquante ! “Avec mon loup, je fais ce qui me plaît, me plaît, devinez, devinez, devinez, qui je suis !” me souffle la Compagnie Créole dans l’oreillette. Pourtant le mot nahual n’est ni créole ni finlandais.

Vous allez dire que je passe du coq à l’âne, mais contrairement à ce que pourrait laisser penser la phonétique, le mot nahual n’est pas la contraction de Nalle Hukkataival. Même si ce dernier a bel et bien mangé du lion le week-end dernier ! Il a répété Gioia, à Varazze. En italien, Gioia signifie “joie” mais aussi “trésor”, comme dans l’expression “gioia mia”, “mon trésor”… Avant lui, seuls Christian Core et Adam Ondra avait fait la croix sur ce joyau qui est considéré, à ce jour, comme le bloc le plus dur de la planète.

nalleEn 2008, lorsque Christian Core avait libéré ce départ assis de 14 mouvements, il l’avait estimé à 8C, tout en retenue. “Cache ta joie !”. Mais Ondra, qui avait eu un mal de chien à le répéter et avait dû ronger son os pendant 11 séances avant de l’enchaîner, l’avait réévalué à 8C+. “Calme ta joie !”. Les chiens aboient, la caravane passe mais Nalle Hukkataival a bien confirmé cette cotation. Il n’y a pas eu de lézard !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s