Adam Ondra ne compte pas pour des prunes !

Le point sur la ligne #4, Tribulations lexico-verticales

ondra-first-roundEn 1148, lors de la Deuxième Croisade, Louis VII échoue aux portes de Damas. Les Croisés sont contraints de lever le siège et rentrent en Occident avec des pieds de pruniers pour tout butin. Bernard de Clairvaux, qui avait promis l’absolution des péchés à tous les combattants, en sort totalement décrédibilisé. Quant aux Croisés, on ne tarde pas à dire d’eux qu’ils sont allés là-bas “pour des prunes”, boutade qui passera dans le langage courant !

Un qui ne s’est pas déplacé “pour des prunes” la semaine dernière, c’est bien Adam Ondra… Sa Croisade ne l’a pas conduit en Terre Sainte mais en Espagne, et plus précisément à Margalef, où il a répété First round, first minute, en deux temps trois mouvements. Pourtant ce 9b avait tout pour le mettre KO et l’envoyer fissa dans les cordes ou plutôt au bout de la corde…

Libéré en 2011 par Chris Sharma, First round, first minute commence par un pas de bloc teigneux qui tape dans le 8B+. S’en suivent 20 mouvements durs à encaisser avant un nouveau pas de bloc désaxé qui surgit du diable vauvert en fin de reprise, juste avant le gong… L’américain s’est battu plusieurs années dans l’espoir d’envoyer la voie au tapis. On le disait presque prêt à raccrocher les gants. Pourtant c’est un sacré cogneur !

sharme-first-roundL’histoire ne dit pas ce qu’il se prenait dans les gencives lors des essais : châtaignes, pêches ou bien prunes ! Mais le king du ring s’est quand même couché plus de 50 fois dans le crux, avant de trouver la feinte salvatrice. Sur le chemin de Damas, révélation ! Finies les méthodes en bois… Heureusement, car ça commençait à virer au pugilat, y compris avec les autres grimpeurs, Chris Sharma ne voulant aucun sparring-partner dans son projet !

Pour venir à bout de ce colosse de résistance, il lui aura fallu bien plus de 9 rounds… Issu de l’ancien français roond et du latin rotundus, le mot anglais round (signifiant “rond”, “cercle”, “cycle”) désigne en boxe une reprise, une période de trois minutes au cours de laquelle les deux adversaires s’affrontent, se “poivrent le museau”. Ironie du sort, le run victorieux d’Adam Ondra dans First round, first minute n’aura pas duré plus de deux minutes. À peine le temps d’éternuer !

J’espère qu’il se sera sifflé une petite prune pour fêter ça. Mirabelle, quetsche, reine-claude, vous l’aurez compris, il ne sera question ici d’aucun de ces fruits à chair juteuse, du moins au sens propre. En noble art, une “prune” (tout comme un “marron” ou un “pain”), on appelle ça un swing, un jab, un uppercut… C’est plus élégant ! Mais dans First round, first minute, un crochet du droit ne remplacera jamais une bonne cacahuète et Chris Sharma en avait bien conscience.

cacahueteIl s’est donc secoué les prunes et a cessé de faire des essais pour des nèfles, du beurre ou tout autre aliment ! Et une fois la méthode calée, il a rapidement fait le signe de croix. Bernard de Clairvaux aurait été content. Notez au passage qu’en américain, on ne traduit pas l’expression “pour des prunes” par son équivalent littéral “for plums” (ce qui pourtant “matcherait” bien avec les poids-plumes, poids-coqs et autres poids-mouches qui croisent les gants dans ce texte) mais par un “for peanuts” bien oléagineux !

Quand je vous parlais de cacahuète… Pour revenir à notre jeune challenger, le surdoué Adam Ondra, je doute fort qu’il se gave d’arachides entre les rounds. Mais c’est un vrai bouffeur de caillou, un super puncheur et surtout un amoureux de la Croix ! Le fils caché de Louis VII et de Guy Savoy, mâtiné de Rocky Balboa… Sept séances pour dérouiller First round, first minute, c’est assez bluffant, surtout lorsqu’on sait que certaines prises étaient mouillées et qu’il n’a pas baissé la garde pour autant. Je n’aurais qu’un mot : “Adrieeeeeeeeenne !”

rockyÀ vrai dire, on aimerait presque le voir inventer “la very climb” tant il révolutionne l’activité, tout comme le poète surréaliste Arthur Cravan créa “la very boxe”, une sorte de happening, de performance conçue pour décloisonner sport et littérature. Reste que la boule à zéro d’Arthur Cravan cadre mal avec l’ondoyante chevelure d’Adam Ondra… Rappelons que le prétendu neveu d’Oscar Wilde se qualifiait lui-même de “poète aux cheveux les plus courts du monde”…

Puisque nous en sommes à ces absurdes considérations capillaires, je m’en voudrais de passer sous silence une autre occurrence de notre fruit à noyau, à peu près aussi éloignée de la varappe que ne l’est le beurre de cacahuète d’un régime Dukan. Je sais, c’est un coup bas, vous asséner comme ça “Les brunes comptent pas pour des prunes” au dixième round, mais en parlant de boxe, vous n’allez tout de même pas me dire que Lio chante comme une savate ?!

Photos © Vojtech Vrzba et Pete O’Donovan

Publicités

4 réflexions au sujet de « Adam Ondra ne compte pas pour des prunes ! »

  1. Ping : Du buzz en barre | Le grand 8

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s