Edito EscaladeMag n°56

vertigo

Gouttes de sueur qui perlent au front, spirales tourbillonnantes et jeu de jambes sismique, digne des plus performantes machines à coudre Singer : pas de doute, vous êtes sponsorisés par LA PEUR, une marque très influente et ce depuis des décennies. Comment résilier ce contrat peu fructueux ? Je n’ai pas la solution miracle mais je vous invite à lire cet édito du n°56 d’EscaladeMag, consacré au vertige…

La tremblante du mouton

Grimpe-t-on pour se jouer du vide ou pour faire le vide en soi ? La nature en a horreur, du vide, mais pas le grimpeur qui a appris à l’apprivoiser et s’en délecte. Enfin… à moins qu’il ne soit sujet au vertige, comme le jeune héros du Voyage au centre de la Terre, Axel Lidenbrock, dont la tête tourne « avec une déplorable facilité » et dont les jambes ont la fâcheuse tendance à flageoler, se dérobant sous son corps !

Heureusement, tout s’apprend et sauf cas pathologique, la confrontation au vide permet d’en prendre progressivement la mesure et de s’y accoutumer. Ainsi, le jeune héros de Jules Verne soigne-t-il le mal par le mal en pratiquant de bien périlleuses mais efficaces leçons d’abîmes, au cours desquelles, cinq jours durant, son oncle l’entraîne en haut d’un clocher afin de lui permettre de surmonter son vertige.

Finis les passages à vide face aux profondeurs, les mains qui transpirent à mesure qu’il s’élève en plein ciel, la tremblante du mouton ! Si ces « leçons d’abîmes » ne donnent pas « l’aplomb des aigles ni l’insensibilité de leurs nerfs », elles confrontent le héros au renversement des perspectives, à l’immensité qui tourbillonne, aux infinies lignes de fuite… Et bon gré mal gré, il finit par faire des progrès considérables !

Dans un célèbre film d’Alfred Hitchcock, Vertigo (Sueurs froides en français), un autre personnage est lui aussi sujet à des crises de panique face au vide qui se creuse. Pour illustrer l’acrophobie de son héros, le cinéaste combine deux mouvements de caméra simultanés, le travelling arrière et le zoom avant. Effet garanti, l’image se déforme comme si le vide s’allongeait ! Mais laissons-là ces images qui angoissent le pauvre James Stewart…

Car le gaz peut être délicieux, une fois passées les premières sensations de tournis. Pas convaincu ? Dans ce cas, EscaladeMag vous préconise quelques « leçons d’abîmes » en falaise ! Ce mois-ci, la réunion des acrophobes anonymes a lieu en plein cœur du Gard, à Seynes. Une falaise idéale pour expérimenter l’ivresse des hauteurs et dont les superbes colonnettes ont de quoi donner le vertige ! On est prié, par contre, de respecter les lieux et les parkings, sinon on aurait vraiment l’impression de parler dans le vide…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s