Edito Hors série photo 2012

Écrire l’édito de notre Hors Série Photo annuel, c’est toujours un plaisir. C’est l’occasion de se remémorer les dernières expos visitées et parallèlement de s’interroger sur la photo d’escalade et la manière dont elle évolue au fil du temps. Ici c’est le souvenir de l’expo Diane Arbus vue à la Tate Modern à Londres à la Toussaint 2011 qui sous-tend l’ensemble du texte…

Clef en main

« L’appareil photo est une sorte de passe-partout. Chez beaucoup de gens, il y a une envie qu’on leur accorde une certaine attention et c’est le genre d’attention qu’il est raisonnable de leur offrir ». C’est par ces mots que la photographe américaine Diane Arbus définissait son rapport très intimiste aux sujets qu’elle choisissait de fixer sur la pellicule.

Si l’on s’en tient à sa définition, l’appareil photo est perçu comme un objet magique, un sésame, une clef qui ouvre la porte de relations singulières et privilégiés avec des sujets non moins singuliers ou hors normes : travestis, jumeaux, nains… Un outil universel permettant d’ouvrir plusieurs serrures et de pénétrer dans le traintrain de vies peu communes. En anglais, un passe-partout se dit a master key ou plus étrange, a skeleton ! Maître ou squelette, tout un programme…

Accorder une certaine attention, se situer à la bonne distance, laisser un espace satisfaisant entre l’appareil et le sujet à photographier, pour susciter l’empathie du spectateur et le conduire à s’interroger sur sa propre identité : c’est toute la problématique de l’approche documentaire de la photographie telle que la pratiquait Diane Arbus, passe-partout en main. La clef du mystère !

Quelques questions demeurent toutefois : Diane Arbus aurait-elle trouvé les grimpeurs photogéniques ? Les aurait-elle jugé suffisamment fous, suffisamment hors normes pour appuyer sur le déclencheur, pour sortir le passe-partout de son trousseau ? Des grimaces d’effort, des visages extatiques au-dessus du vide, des doigts serrant l’infiniment petit : c’est tout de même le signe d’une appartenance à un groupe à part !

Avec ce nouvel Hors série photo, EscaladeMag explore ce groupe humain si particulier auquel nous appartenons, à travers une série de clichés levant le voile sur notre pratique ! Des corps perdus dans le paysage, des contrastes chromatiques, des luttes sans fin : tout est là. Accordez donc un peu de votre attention à ces grimpeurs : ils vous ressemblent ! Bonne lecture.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s