Edito EscaladeMag n°50

Pour fêter le 50e numéro d’EscaladeMag, je cède quelque peu à la facilité et m’offre un édito mathématique, sous le patronage grotesque de Leibniz. Au passage, petite allusion à ce blog (le grand 8), au 69 (on ne se refait pas…) et au chiffre de la Bête, le 666, qui hante les nuits du Diablo ! Et attention aux embuscades, effectivement…

50 = 3² + 4² + 5²

Cinquante est la somme de trois carrés mais c’est aussi le plus petit nombre qui peut être écrit comme la somme de deux carrés, de deux manières distinctes : 50 = 1² + 7² = 5² + 5². Pourquoi cette incursion dans l’univers des mathématiques, me direz-vous ? Une envie soudaine de faire les 400 coups ? Une passion cachée pour Fermat, Kepler ou Leibniz ?

Loin de moi l’idée de me divertir à bon compte, de faire fifty-fifty ou plutôt d’une pierre deux coups – édito ET grille du Loto – dans un même mouvement algébrique et délirant ! Il se trouve juste que le numéro que vous tenez entre les mains suit immédiatement le 49… Bref, pas besoin de calculette, on arrondit à la dizaine supérieure !

En l’absence de Carbone 14 pour dater le premier numéro d’EscaladeMag, nous nous référerons à la date, septembre 2005, autant dire… hier ! Mais à force de nous mettre en quatre, de remettre vingt fois l’ouvrage sur le métier, nous voici comme deux ronds de flan, déjà arrivés au numéro 50. Sans même attendre 107 ans, chose incroyable, non ?

D’aucuns, pliés en quatre, se mettraient sur leur 31 pour marquer le coup, tendance boule à zéro pour honorer le pari d’un magazine qui tient dans la durée, mais nous non, c’est reparti comme en 40 ! Au moment où vous lisez ces lignes, nous préparons déjà le 51 et je ne parle pas de pastis, n’est-ce pas… !?

Si l’on voulait couper les cheveux en quatre, on égrènerait un à un les numéros jusqu’à cinquante, au risque d’attirer les ratons laveurs : Un avion sans elle, Les Deux Garçons, Les 3 Suisses, les 5 à 7 en Audi A6 avec les 4 filles du docteur March… Mais à monter dans le grand 8, gare aux 36 chandelles, on perd vite le fil de l’inventaire. Attention aux embuscades, même en bottes de 7 lieux !

Arrêtons-nous donc sur ce numéro 50, on révisera l’arithmétique avec Satanas et Diabolo si jamais on atteint le 666, et déjà le 69. Page 32, ce mois-ci, nous vous proposons un sujet sur le Djebel Siroua : du bloc au Maroc, au royaume du safran ; page 14, un portrait d’Alain Robert : le trompe-la-mort des buildings ; et page 28, un détour par le pays niçois : le grès qui compte, le grès de Contes ! Bonne lecture.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s