Edito EscaladeMag n°48

Dans cet édito de mars 2012, j’ai eu envie de parler du danger et de la sécurité en escalade. Ce n’est jamais inutile, bien sûr, mais je ne voulais pas le faire de manière moralisatrice, parce que je n’ai jamais aimé les donneurs de leçons. Détour donc par les transports en communs (et le Japon !) pour une lecture peu orthodoxe des consignes de sécurité !

Veuillez lire les consignes de sécurité

« Doa ni gochuui ! ». Dans le métro de Tokyo, cette mise en garde prévient les enfants du risque de pincement lors de la fermeture des portes. Sur l’image, un chaton blanc, parfois même l’icône Hello Kitty, se coince malencontreusement la queue. Ouch ! C’est l’équivalent nippon du célèbre lapin de la RATP qui a bercé des générations de bambins parisiens.

« Attention, ne mets pas tes doigts sur la porte, tu risques de te faire pincer très fort ! ». Ce qui donne, décliné dans les principales langues européennes : « Non mettere le mani sulle porte, rischi di farti schiacciare le dita ! No pongas las manos sobre las puertas, te expones a una magulladura ! Finger weg von den Türen, Du könntest Dir sehr weh tun ! Beware of trapping your hands in the doors ! ».

Qu’on soit italien, espagnol, anglais ou allemand, on peine à imaginer un lapin, truffe frémissante au relais, vous prévenant d’un danger équivalent en falaise : « Attention, ne mets pas tes doigts sur les picots de cette colonnette, tu risques de te les brouter très fortement ! ». Tout autre animal d’ailleurs, écureuil ou lézard, semble improbable en ce contexte, pour rupestres qu’ils soient !

Un tichodrome échelette perché en paroi qui profèrerait un « Mind the gap ! » à chaque passage délicat à franchir ? Une jeune biche rassurant le débutant avant le vol : « En cas de zippette et de dépressurisation, un masque à oxygène tombera automatiquement à votre portée. Tirez sur le masque et respirez normalement ! » ? Sympa mais peu plausible…

« Ne pas se pencher au-dehors – È pericoloso sporgersi – Nicht hinauslehnen – It is dangerous to lean out ». Dans tous les trains du monde, la même consigne invite le voyageur à faire précisément l’inverse de ce qu’on recherche en escalade, c’est-à-dire ouvrir grand la fenêtre sur le vide et se pencher au-dessus. Il faut dire que contrairement à l’usager du train, le grimpeur ne regarde pas défiler le paysage d’un œil vide, il se frotte à l’insaisissable pesanteur !

Ce mois-ci, vous pourrez vous livrer à ce penchant sur les belles falaises de Buis-les-Baronnies, sujet de notre Entrée libre. Mais cela ne vous dispense pas de respecter quelques consignes de sécurité, comme par exemple vous encorder attentivement, être vigilant à l’assurage, faire un nœud au bout de la corde… pour ne citer que les principales ! Et si, comme l’écrit Paulo Coelho, « vous trouvez que l’aventure est dangereuse, essayez la routine, elle est mortelle ! ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s