Interview Pierre You

Cette année, les Championnat du Monde sont organisés à Bercy, avec en ligne de mire pour la FFME et l’IFSC une possible accession de l’escalade aux Jeux Olympiques. Une interview de Pierre You dans les pages d’EscaladeMag se justifiait donc pleinement et c’est avec grand plaisir que je suis partie à la rencontre de celui qui est maintenant président de la fédé et que j’ai eu l’occasion de côtoyer à l’époque où je sévissais en Coupe du Monde…

Pierre You, un homme confiant

Au mois de septembre prochain, auront lieu les Championnats du Monde d’Escalade à Paris Bercy, un événement que la Fédération Française de Montagne et d’Escalade prépare avec application. À 6 mois de la date fatidique, nous avons rencontré Pierre You, Président de la FFME. Impressions.

Comment se porte la FFME ? Quels sont les grands chiffres de votre fédération ?
La Fédération se porte très bien. Quelle vitalité et quel dynamisme au sein de notre fédération ! Nous connaissons une progression continue depuis des années du nombre des pratiquants et de nos licenciés dans toutes les catégories d’âges, aussi bien chez les garçons que chez les filles. 50% de nos licenciés ont moins de 25 ans. La FFME compte aujourd’hui 82 000 licenciés répartis dans 1 100 clubs sur tout le territoire national.

Quelle évolution avez-vous constaté ces 10 dernières années quant à la reconnaissance des sports de montagne et notamment de l’escalade ?
Les sports de montagne et l’escalade sont de plus en plus mis en avant. Comme vous le savez, le Comité Olympique International a retenu l’escalade dans sa « short list » des disciplines candidates pour entrer au programme des Jeux Olympiques 2020. Après la reconnaissance officielle et définitive de l’escalade en février 2011 par Jacques Rogge, Président du Comité Olympique International, c’est une nouvelle étape décisive pour l’escalade.

Les Championnats du Monde à Bercy se profilent. C’est un gros challenge pour vous ? Où en êtes-vous de la préparation de cet événement ?
Les Championnats du Monde sont un défi que la FFME va relever. Ces Mondiaux à Bercy représentent 15 000 spectateurs attendus pour les deux jours de finales et 500 grimpeurs venus de 60 pays pour participer à cette compétition internationale. Nous avançons sereinement dans la préparation et dans l’organisation de la plus grande compétition d’escalade jamais organisée. La fête battra son plein.

Quel est le budget global d’un tel événement ? Quels sont les principaux postes ? Comment oeuvrez-vous pour équilibrer l’ensemble ?
Nous avons l’expérience de l’organisation d’un tel événement à Bercy. Le budget global de l’événement est d’1,4 million d’euros. Les principaux postes sont la billetterie, la construction des murs… Notre budget est raisonnable et raisonné. Il sera à l’équilibre.

Quelles retombées attendez-vous de cet événement, d’un point de vue financier mais aussi médiatique ?
Les coups de projecteurs médiatiques ont déjà permis à la Fédération de signer de nouveaux partenaires venant de secteurs d’activités différents de l’escalade. Cela prouve que l’escalade est un sport porteur capable d’attirer des sponsors déjà investis dans des sports majeurs ou prêts à investir dans un sport en plein essor.

Pour les Championnats du Monde, nous sommes très heureux de pouvoir compter sur des partenaires publics et privés, qui soutiennent cet événement. L’arrivée de la radio RMC et de la Chaîne Sport+, comme partenaires médias, participe à la médiatisation de l’événement et de notre sport au niveau national. Au fur et à mesure que l’échéance approche, de nouvelles opportunités s’offriront à nous.

Quelle importance a cet événement dans la perspective de la reconnaissance de l’escalade en tant que sport olympique ?
La reconnaissance de l’escalade par le CIO est un premier pas vers les Jeux d’été 2020. Souhaitons que les Championnats du Monde se déroulent aussi bien que le Championnat d’Europe de Bercy 2008. Le CIO donnera son verdict final en 2013. Cette échéance est l’une des raisons pour lesquelles la Fédération Internationale d’Escalade (IFSC) a décidé de placer un Championnat du monde en 2012 à Paris ; pour que cet événement sportif international nous aide à peser favorablement dans la balance olympique.

Si l’escalade devient sport olympique, selon vous, quelle discipline a des chances d’entrer en premier (vitesse, bloc ou difficulté) ? L’IFSC et la FFME ont-elles leur mot à dire (ou tout au moins une préférence) quant au choix de la discipline ?
L’IFSC porte à égalité les trois disciplines sur le dossier olympique. Le choix, si choix il doit y avoir, sera sans doute fait après la désignation du sport retenu et bien entendu nous y participerons.

Les talents français sont nombreux. Quels sont ceux à suivre tout particulièrement à Bercy ?
Vous avez raison de le souligner, la France a de grandes chances de médailles. Les leaders des équipes s’appellent Manu Romain, Charlotte Durif, Guillaume Glairon Mondet, Mélissa Le Nevé, sans oublier Esther Bruckner pour ne citer qu’eux. Sans mettre trop de pression sur leurs épaules, je crois beaucoup au travail de nos entraîneurs et de nos grimpeurs en vue de ces Mondiaux.

Actuellement, les athlètes autrichiens trustent les premières places des podiums. Selon vous, faut-il parler de « génération spontanée » ou est-ce le fruit d’un travail mené par la fédération de ce pays ? Si oui, comment vous inspirez-vous de ce qui est (et/ou a été) fait en Autriche ?
Les bons résultats des athlètes sont toujours liés au travail des fédérations. Bien sûr nous regardons ce qui se fait de bien à l’étranger et en Autriche. Tout n’est pas applicable en France (structuration du sport différente, etc.) mais le fait d’avoir construit de grands murs en extérieur est un exemple pour nous. Ils permettent un entraînement en adéquation avec les conditions de Coupe du Monde. Nous avons d’ailleurs plusieurs projets en cours.

Comment repérez-vous et formez-vous les futurs champions français ? Au delà des résultats proprement dits, quelle est la politique de la fédération du point de vue de leur suivi, de leur formation et de leur épanouissement ?
Cela nécessite une adaptation permanente de la fédération à tous les niveaux que ce soit, structurel et sportif. Nous avons transformé au fil des mois la structure de la fédération. Nous modifions maintenant le parcours d’excellence sportive (PES), qui a remplacé la « filière de haut-niveau » depuis deux ans. L’élément marquant est l’apparition des centres locaux d’entraînement (CLE) qui permet la création de liens forts entre les athlètes, les entraîneurs et l’encadrement des Équipes de France. La création des centres locaux d’entraînement a l’avantage d’éviter la délocalisation brutale des jeunes en leur permettant de continuer leur progression dans leur environnement.

Hormis les Championnats du Monde, quelles sont les principales actions menées actuellement à la fédération ? Et avec quels objectifs ?
Côté formation professionnelle, la FFME a joué un rôle majeur en ce qui concerne le nouveau diplôme d’état et diplôme d’état supérieur en escalade. Le mot d’ordre est toujours la sécurité. Je tiens aussi à rappeler le rôle prépondérant de la fédération en ce qui concerne la gestion des falaises et des sites de pratiques, et à souligner notre engagement en matière de développement durable et de protection de l’environnement. La FFME participe également à la construction de nouvelles SAE avec le plan national d’équipement et à la structuration des comités régionaux et départementaux avec un plan adapté.
En tant que Président de la FFME, je ne poursuis qu’un seul et même objectif : donner les moyens à notre fédération de poursuivre son développement sur le long terme.

Que répondez-vous aux détracteurs de Bercy, qui y voient avant tout un gouffre financier et aimeraient que l’argent soit utilisé différemment pour le développement de l’activité et la prise en compte des pratiquants de base ?
Il faut bien comprendre que l’organisation d’un tél événement est une chance unique pour notre fédération et pour notre sport. Aujourd’hui, le développement du sport passe par l’organisation de manifestation sportive internationale qui entraîne une médiatisation et la venue de nouveaux partenaires financiers. C’est ce qui est en train de se passer pour la FFME et l’escalade. Comme évoqué auparavant, je m’engage à ce que notre budget soit à l’équilibre. Bercy sera un outil formidable pour le développement et la visibilité de l’escalade en France et dans le monde.

L’escalade est un sport de pleine nature et les autres disciplines dépendant de la FFME également (alpinisme, raquettes, ski de rando,…). Or la médiatisation de l’activité (notamment en vue de sa reconnaissance en tant que sport olympique) passe par l’organisation d’événements indoor. Comment prenez-vous en compte cette contradiction (qui n’est peut-être qu’apparente !) ?
L’escalade est un sport à la fois outdoor et indoor, il n’y a aucune contradiction. Et notre implication dans le conventionnement des sites naturels pour permettre l’accessibilité à tous en est la preuve.

Lors des Championnats du Monde à Arco l’été dernier, on a vu pour la première fois une place donnée aux athlètes handicapés, le Championnat de Paraclimbing étant totalement intégré à la manifestation. Ce sera également le cas à Bercy ?

Tout à fait. Si les compétitions internationales de Paraclimbing existent depuis déjà quelques années, le premier Championnat du Monde de Paraclimbing a vu le jour en juillet 2011. Le mouvement s’organise et s’amplifie, et la FFME est fière de participer à son développement. Durant les Championnats du Monde d’escalade 2012, un des objectifs de la FFME sera d’impliquer un maximum de pays à la pratique du Paraclimbing. À Bercy, les compétitions valides et handisports seront pour la première fois organisées en même temps, ce qui montre que l’escalade est un sport pour tous.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s