Edito EscaladeMag n°34

loup-de-merOn me pardonnera cette peinture au vitriol de l’ambiance quelque peu grotesque qui règne parfois dans les salles d’escalade, les salles de musculation ou les salles de… presse ! Heureusement, cet édito du n° de mai 2010 d’EscaladeMag ne reflète que partiellement la réalité…

Le blues du loup de mer

Pantalon en coton bio, harnais dernier cri, tempes grisonnantes. Accoudé au bastingage, il observe les vagues de grimpeurs qui déferlent à la salle. Pratique cette mezzanine qui offre une vue plongeante sur la structure ! Il y passerait des heures. Ah, et ces embruns qui mêlent sueur et magnésie en suspension, une vivifiante odeur qui lui rappelle les prairies de Posidonie !

À mi-hauteur dans les dévers, et presque immobile sur la proue, le local matador est en difficulté. Il a les avant-bras congestionnés et le coude droit dressé comme un mât de misaine. On dirait que la marée monte ! Ses yeux trahissent l’oppressante certitude que tout geste est vain. « Prends-moi sec… »

À la manœuvre, un jeune s’exécute. Quelques mètres plus haut, une brosse à dents opère un frénétique mouvement de va-et-vient. Ses pensées se dissolvent. Dans le prisme irisé de sa conscience, il dérive jusqu’à l’Abattoir 5, un roman de Kurt Vonnegut. Et il s’échoue, comme le héros, dans un curieux zoo extraterrestre. « Je repars ! »

Mais le spectacle bat son plein à quelques encablures : une petite brune s’échine sur les saumons, 5c délicat à plier. Léger déséquilibre, air canaille, top en polyester recyclé et élasthanne. Elle a passé le premier crux mais rien n’est joué, c’est maintenant que ça se corse… « Come on ! »

À tribord, ça sent l’esclandre. Au pied du mur, une cordée de vieux barbeaux monopolise le secteur. L’un aime bourlinguer, l’autre affiche un certain tonnage. Bel accastillage, démarche chaloupée et regard circulaire toisant les mousses. Affalées sur les tapis, quelques perruches jacassent. Un grimpeur fait le pied de grue dans leur sillage.

À bâbord, un gaillard souque et met le turbo pour ferrer un long 6c. Tête à la renverse, ailerons fumés, il brasse juste sous le relais. Il vise le bac, attrape la chaîne et nage en pleine euphorie. Œil oblique en direction de la mezzanine : il y règne une paisible atmosphère insulaire…

L’élégant loup de mer ne calcule plus personne, absorbé qu’il est par la lecture du dernier EscaladeMag. « Hum, rien sur les phares de mer d’Iroise ? Rien sur la pêche en Méditerranée ? Pas de Fashion spécial maillots de bain ? Heureusement il y a ce bel article sur le bloc en Ardèche ! ». Sera-il séduit par le reste ? Mystère ! C’est qu’il est exigeant, le bougre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s