Edito EscaladeMag n°29

fonds-restaurant-2

Voilà un édito propice à attirer les foudres de Philippe Muray, l’acerbe essayiste dont l’essentiel de la pensée est résumée par le recueil d’entretiens Festivus, Festivus ! Dans une charge féroce, il y fustige la tendance à l’infantilisation de nos sociétés, induite par le développement des festivals en tout genre et plus globalement par le culte de la fête permanente. Ce édito festif, aux accents gastronomiques, est aux antipodes des intentions manipulatoires que dénonce Muray. Il a paru dans le n° de novembre 2009 d’EscaladeMag.

Menus fretins

Ce mois-ci, EscaladeMag vous invite au resto ! Sympa, non ? Il y a toujours une occasion à fêter quand on grimpe : la motivation qui nous anime, le soleil qui ricoche sur la falaise, un groupe de nuages solidifiés… Toutes ces collisions, toutes ces visions combinatoires, toutes ces choses qui nous font signe et que l’on néglige dans le tohu-bohu de vies trop luxuriantes.

On va dans un petit bouchon à l’angle de la Rue du Taquet et du Boulevard Sharma. Ça s’appelle : « Aux avant-bras rôtis ! ». C’est au 5 bis. Ça n’a l’air de rien mais on s’y régale… Allez, on entre se mettre au chaud ! Qu’est-ce qui vous tente ? Voyons, je compulse le menu de mon côté… Comme d’habitude, je suis en plein atermoiement. Je tergiverse. Toujours du mal à choisir…

Alors, il y a un Chaud-froid d’aiglefin des Calanques et son diplomate au Cassis (faut voir ce que ça donne !). Ou alors un Cygne du taureau sauce Châteauvert et ses petits goujons (hum, bien engageant !). Ah, là, là, c’est dur… Et ça ? Cucurbitacées de Céüse façon concombre masqué, belles bombonnes et vol au vent (c’est tout compris dans la formule ?).

Sinon pêle-mêle : Crêpes dentelles de Montmirail et coulis d’inversées fuyantes ; Bloc d’éléphant Cuisinière servi avec Apremont bison et gros sablons (un peu lourd peut-être…) ; Belle jardinière de Presles et méli-mélo de Lustucru ; Bartavelle de Bavella sur lit d’olives et Delicatessen…

Ah ! Encore d’autres délices du sud : Biscotte margarine sur polpot de pomme farcie et démon du Verdon ; Tête de chien sauce Loubière, déglacée au Champagne de la Turbie ; Tian de Choucas de Buoux (ou Rêve de papillon, selon arrivage) et son Camembert Ferguson ; Marinade de dromadaire du Tarn au coma idyllique, poivre et sel du moulin à huile…

Bon, je ne sais plus où j’en suis moi avec tout ça, ça me chamboule. Trop de choix tue le choix… Ah ! ça y est ! Je crois que j’ai trouvé. Je vais prendre ça. C’est très bon, je vous le conseille : Entrefilet de Sainte Victoire et ses petites gouttes d’eau. Ça passe tout seul. Vous le trouverez en Entrée libre, au milieu de la carte. Bon appétit ! Et puis on verra après pour les douceurs…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s