Edito EscaladeMag n°23

Ai-je poussé le bouchon un peu loin avec cet édito du n°23 d’EscaladeMag ? Not at all, si j’en juge par les excellents retours suscités par ce texte aux légers accents d’auto-fiction. Au passage, j’en profite pour faire un clin d’œil à saint Joseph de Cupertino, un personnage évoqué par Cendrars dans Le Lotissement du ciel. Cet as de la lévitation pourrait sans peine être le saint patron des grimpeurs du dimanche, à défaut d’accompagner les cancres !

La chute

« Eh bien, Mademoiselle, vous rêvez ? ». Un silence éternel envahit soudain l’espace infini de la classe. La question émanait d’un professeur de latin au charme raffiné, à qui il était pourtant exclu d’avouer l’envie très spéciale qu’il suscitait : approfondir la grammaire et apprendre avec lui toutes les subtilités de la déclinaison.

Elle s’entendit balbutier un « Oui » qui frôlait l’impertinence. Elle n’allait pas tarder à vérifier que sa repartie était aussi inadéquate que burlesque. Les occasions de s’esclaffer ne sont pas si fréquentes en hypokhâgne. Et ses copains ne boudaient pas leur plaisir, heureux d’échapper un temps aux affres de l’interrogation.

« Ah, mais voilà qui est intéressant ! Et on peut savoir ce qui est au cœur de votre rêverie ? ». Sa vie défila en accéléré comme si elle prenait un vol de 15 mètres en grande voie. Inexorablement, les coinceurs s’arrachaient un à un d’une belle fissure délicate. La corde flottait, son âme était vide. Rien ne venait stopper ce curieux fantasme de déboutonnage.

Il fallait réagir vite. Répondre quelque chose mais quoi ? Invoquer saint Joseph de Cupertino, le saint patron des cancres ? Ou sainte Rita, celle des causes désespérées ? L’improbable couple mystique l’ayant laissé tombée, elle tenta sa chance du côté de l’escalade, fuyant la révélation explicite. « Euh… Je pensais à ma prochaine sortie, je voudrais tant aller grimper en falaise… ».

« Au risque de vous décevoir, Mademoiselle, votre prochaine sortie ne se fera pas en falaise mais en retenue, disons 2 heures mercredi prochain ! ». Les méandres de la psychopédagogie nous apprennent rétrospectivement qu’en la privant ainsi d’exercice physique, il n’a guère renforcé son amour pour la civilisation latine. Mais sans doute a-t-il affermi sa passion de l’escalade, puisque 20 ans plus tard, elle grimpe toujours.

Dire que cette histoire a inspiré le numéro 23 d’EscaladeMag serait exagéré. Elle n’est qu’indirectement à l’origine de l’article sur la Corse que nous vous proposons en Entrée libre. Malgré tout, l’exploration des aiguilles de Bavella lui doit probablement un peu. « Abyssus abyssum invocat » (Ancien Testament, Psaumes (LXII, 8) : l’abîme appelle l’abîme, la chute entraîne la chute. Mais l’envol n’est jamais bien loin, surtout en terrain d’aventure. Remercions donc à travers les âges, le latiniste intègre et son angélique étudiante, d’avoir ainsi ouvert la voie !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s