Edito EscaladeMag n°22

Janvier 2009, l’année commence sur fond de crise financière mondiale, après la chute de Lehman Brothers et le scandale des subprimes. L’édito d’EscaladeMag n°22 prend le contrepied de la morosité ambiante et célèbre l’escalade sous toutes ses formes, à travers une transposition baroque du Cluedo. Texte à clefs plutôt jouissif, où je glisse quelques embrayeurs rhétoriques pour entraîner le lecteur sur une autre voie…

Petits meurtres entre amis

Qui a dit que l’année 2009 s’annonçait déprimante ? Ce n’est pas parce que le Monopoly mondial vacille qu’il faut renoncer à s’amuser. Ne serait-ce pas plutôt le moment de s’adonner à des jeux moins sérieux ? Je ne sais pas moi, aux 7 familles ou au Cluedo par exemple, histoire de pousser plus loin notre addiction à l’escalade…

Mademoiselle Rose est venue mourir à deux doigts du relais. Au pied de la falaise, la sonnerie de son portable l’a poignardée juste au moment où elle entrait dans le crux final. Ce n’est pas malin. Maintenant, il faut tout reprendre à zéro et l’enchaînement est différé à la prochaine montée.

Mme Leblanc a sorti son nouveau crashpad pour essayer Psicokiller, un beau bloc d’Albarracin. Elle est tellement heureuse d’y arriver si vite : c’est vrai qu’avec ses petits doigts, ce n’est pas très difficile. En tout cas, elle a été bien inspirée de ne pas attendre, car peu de temps après, la prise clef rendait l’âme sans prévenir.

Le Docteur Olive et Mme Pervenche font cordée commune. Ils sont partis en grande voie et achèvent déjà leur troisième longueur. Vertige profond au-dessus de la vire. Elle abandonne tout contrôle de ses mouvements. La mort guette. Délaissé au sol, le Colonel Moutarde, qui aime grimper en flèche, suit leurs évolutions avec le plus vif intérêt.

Cette haletante « murder party » se poursuit entre les pages d’EscaladeMag : l’« Entrée Libre » met en scène le Professeur Violet, avec la corde, dans la véranda de l’Esterel. Et un passage secret nous conduit tout droit en Italie pour le « Carnet de voyage » : ni revolver, ni clef anglaise en vue, les eaux du lac de Côme ont englouti l’arme du crime.

D’autres coupables sont à démasquer dans les diverses pièces et rubriques du magazine. Nous vous réservons quelques surprises. En espérant qu’elles vous plairont, nous vous souhaitons une année mortelle, toujours sur le versant du plaisir. Car est-il bien nécessaire de vouloir produire une performance à tout prix ? Que 2009 vous soit légère et propice !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s